Vous êtes ici: Accueil  >  Professionnels de la...  >  Maladies infectieuses  >  Coqueluche

Coqueluche

Au Québec, l’incidence de la coqueluche est généralement faible mais la maladie, dont le caractère cyclique est bien connu, affiche des pics d’activité tous les trois ou quatre ans. Le dernier cycle de recrudescence s’est produit en 2012, année au cours de laquelle 1 400 cas et 148 hospitalisations ont été rapportés.

De façon générale, la maladie touche surtout les jeunes âgés de moins de 15 ans.

La morbidité associée à la coqueluche touche surtout les très jeunes enfants. Les nourrissons de moins de 1 an sont les plus vulnérables vis-à-vis de la maladie et sont également ceux qui présentent les plus grands risques de complications et de décès. Au Québec, de 2000 à 2014, quatre décès ont été rapportés, tous chez des enfants de moins de 3 mois. Aucun décès n’a été rapporté depuis.

Au cours des dernières années, une résurgence de la coqueluche a été constatée dans les pays développés, notamment aux États-Unis où plusieurs éclosions ont été rapportées au cours de la dernière année. 

Situation provinciale: L'épidémiologie actuelle de la coqueluche au Québec indique que nous sommes dans une période d'activité accrue. Une recrudescence du nombre de cas est en effet observée depuis l’été 2015. En date du 6 mai 2016, plus de 1 400 cas ont été déclarés au cours des neuf derniers mois. Ce nombre sous-estime l’ampleur réelle de la situation.

Situation en Outaouais: Après un pic de 40 cas en 2013, la région semble pour le moment épargnée par la hausse observée dans le reste de la province. Il faut toutefois demeuré vigilant car un observe une hausse importante de cas dans la région limitrophe des Laurentides.

La vaccination est le meilleur moyen de se protéger contre la coqueluche. Le vaccin contre la coqueluche est offert gratuitement par l’entremise du Programme québécois d’immunisation.